2019 aura été une année bien remplie en termes d’événements marquants en tout genre, et ça, c’était une bonne nouvelle pour l’équipe derrière le spectacle de rétrospective Revue et Corrigée du Théâtre du Rideau Vert qui propose cette année sa quinzième édition! La barre était haute, mais l’offrande qui nous est présentée cette année mérite sans conteste nos éloges. Aucun sujet d’actualités n’a été oublié dans ce spectacle aux rythmes effrénés et où les rires n’ont jamais vraiment cessé de fuser tout au long de cette soirée festive et réjouissante.

On peut remercier le travail de la metteuse en scène Natalie Lecompte qui a dirigé d’une main de maître les excellents comédiens de cette nouvelle mouture, soit Julie Ringuette, Martin Vachon, Marc St-Martin, François Parenteau et Suzanne Champagne. Chacun a su se transformer maintes et maintes fois en différentes personnalités connues sans toutefois avoir accès aux artifices que possède la machine du Bye Bye, mais chaque fois on frappait dans le mille avec des pastiches plus hilarants les uns que les autres. Justin Trudeau, Andrew Scheer, Bianca Andreescu, Céline Dion, Maripier Morin, François Legault, Catherine Dorion, Patrick Bruel, Régis Labeaume, Jean-Philippe Wauthier, Guy Laliberté… tous ont eu droit à leur moment de gloire, pour le meilleur et pour le pire!

Le numéro d’ouverture a donné le ton à la soirée avec une ode à Greta Thunberg entourée des caricatures de Dominic Champagne, David Suzuki, Manon Massé et Valérie Plante. Ces derniers sont apparus dans la salle sous une reprise de l’Histoire de la vie tirée du Roi Lion en brandissant des éléments de décors en forme de poissons couverts de plastiques. Les « Y fait chaud en ta » et « Pourquoi y’a un sac de Dollarama là » s’élevaient en choeur dans la salle pour souligner ce sujet chaud de l’actualité. C’est Marc St-Martin qui prêtait ses traits à Greta avec énormément d’éloquence, mais le résultat était à son apogée quand il tonnait ses « How dare you? » en invoquant la fin du monde!

Le segment suivant n’a pas baissé d’un cran en termes d’énergie avec encore une fois un Marc St-Martin plus que convaincant en Émile Bilodeau qui anime un concert pour sauver la langue française avec comme invités Coeur de Pirate qui chante Femme like u et Loud, l’artiste qui a « le nom qui représente le mieux la langue française au Québec »! Julie Ringuette, qui jouait la chanteuse tatouée, nous a impressionnés par son imitation tout simplement parfaite. Le tout était précédé d’un délicieux sketch vidéo de François Parenteau en Denise Bombardier qui disait que la langue française ne pouvait être « hot », tout comme elle-même ne pouvait être « hot », mais bien « croquante et séduisante »!

Un autre moment fort de la soirée a sans équivoque été celui où on reprenait l’échange entre Gilles Duceppe et son fils Alexis Brunelle-Duceppe, alors que ce dernier gagnait ses élections. Le tout avait été diffusé en direct dans un moment extrêmement touchant. Bien entendu, la rétrospective a tourné le tout au ridicule avec un Alexis qui ne cessait de scander son amour pour son père et un Gilles Duceppe qui revenait sur son arbre généalogique plutôt que de réciproquer ses sentiments à son fils. Quand finalement il l’a fait, tous les comédiens se sont mis à échanger des câlins, à un point tel que Marc St-Martin, qui incarnait l’animateur, est descendu de la scène et est venu en faire au public jusqu’au moment où il est tombé sur Gilles Duceppe et son fils en personne qui assistaient à la première médiatique! « Si vous pouviez être présents chaque soir, ça serait parfait », a déclaré Marc St-Martin pour conclure le numéro.

Toutefois, il faut quand même mentionner les moments qui manquent peut-être un peu de ficelage. On pense notamment à celui dans l’univers de Passe-Partout qui parle aux enfants de la loi 21 sur la laïcité. On y retrouve Passe-Montagne et une marionnette de femme voilée qui se désole de ne pas pouvoir devenir professeure. Passe-Montagne lui demande alors pourquoi elle n’enlève pas son voile, ce sur quoi la marionnette répond : « C‘est parce que mon voile est cousu ». On fait sûrement référence à la marionnette en tant que telle, mais on trouve dommage que, pour un numéro qui se questionne sur la prise de position face à un tel sujet, on sente vraiment laquelle a été choisie.

Le numéro de vol d’identité pour revenir sur le scandale de Desjardins nous a aussi laissés perplexes. Julie Ringuette y incarne une fraudeuse qui tente de toucher à l’argent de la chanteuse Safia Nolin en se faisant passer pour elle. À un moment dans le sketch, la « vraie » Safia apparaît, interprétée par Suzanne Champagne, mais l’employé de la banque préfère croire la fraudeuse, qui lui semble beaucoup plus séduisante. Comme pour s’excuser d’avoir ri de l’apparence de la chanteuse originaire de Limoilou, le numéro suivant est une reprise du hit de Bleu Jeans Bleu, Coton ouaté, qui scande la beauté de la diversité culturelle. Quand on parle de double standard…

Ces déceptions sont quand même vite oubliées avec les nombreux autres numéros qui ont frappé dans le mille, comme celui du blackface de Justin Trudeau ou bien celui avec Jean-Marc Généreux, juge à Révolution, qui dit aux deux danseurs qu’il a senti dans leur chorégraphie tout le déchirement des parents à savoir quand leurs enfants doivent passer l’Halloween! La reprise des succès d’ABBA qui composent la comédie musicale de Mamma Mia avec Bianca Andreescu et Eugenie Bouchard était aussi jouissive!

Bref, un rendez-vous à ne pas manquer, année après année!

2019 Revue et Corrigée est présentée au Théâtre du Rideau Vert jusqu’au 4 janvier 2020, avant de se déplacer pour la toute première fois au Capitole de Québec du 8 au 12 janvier!

Plus de contenu