C'est un drôle de sentiment que procure la dernière semaine de Si on s'aimait. D'un côté, on est plutôt tristounets de perdre notre téléréalité du printemps. De l'autre, on est soulagés que certains candidats n'aient pas eu à se fréquenter plus longtemps que ça.

Évidemment, les noms qui nous viennent en tête en écrivant ça sont Marie-Ève et Jonathan, le seul « couple » qui a dû s'endurer tout au long de l'expérience. Leur retour du Saguenay, où ils ont vécu ce qui était probablement le voyage le moins tentant de l'histoire de la télé au Québec, s'est fait dans le silence, à l'exception, selon les dires de Marie-Ève, des rots de Jonathan, qui auraient même réussi à empester la voiture... décapotable. « Plus j'apprends à le connaître, plus je fais comme "ark" », a-t-elle même dit à une amie pour résumer la fin de leur idylle. Il était vraiment, mais alors là vraiment, temps que ça s'arrête entre eux.

Malgré l'échec évident de la relation, Louise Sigouin a voulu trouver un peu de positif et a pointé le fait que Marie-Ève avait tiré des choses de cette aventure qu'elle pourra utiliser dans le futur. Reste qu'on est loin de voir comment ça a pu aider Jonathan ou encore à quel point l'épouvantable voyage final aura été constructif pour l'un ou pour l'autre.

À sa mère (bien sûr), Jonathan a même dit qu'il était bien correct à l'idée de ne plus jamais voir son ancienne flamme maintenant que l'émission est finie. Signe qu'il était plus que prêt à passer à autre chose, on l'a vu reprendre contact avec une des prétendantes rencontrées au 5 à 7 du premier épisode. Au moins, tout ce parcours « éprouvant », comme l'a qualifié la thérapeute, ne lui aura pas fait perdre espoir en la vie à deux.

Le constat final pour les deux autres paires est pas mal meilleur. Rémi a beau avoir gagné confiance en lui avec Si on s'aimait, son besoin d'avoir une relation amoureuse ne se fait pas moins sentir, mais il a maintenant une nouvelle confidente avec qui échanger sur ses flirts et son amour des femmes au regard « ténébreux ». Si Jennifer, le « petit animal sauvage », et lui n'ont peut-être pas trouvé leur match, ils sortent plutôt grandis de leur parcours.

Du côté de Fanny et Anyck, l'amour semble être bel et bien au rendez-vous, même si ça leur aura pris beaucoup de temps pour s'avouer leurs sentiments. Elle avait peur de les afficher et qu'ils ne soient pas réciproques, tandis que lui voulait qu'elle soit plus confiante en leur relation. Même ensemble devant Louise, ils avaient l'air plutôt hésitants sur leur statut, mais cherchaient en même temps à organiser leurs horaires pour continuer de se voir alors qu'ils n'ont plus les tournages comme cadre de rencontre. Ça n'aura finalement pas été trop compliqué, il faut croire, puisqu'on les a vus se dévorer la face à la fin du dernier épisode.

On doit avouer que la dernière semaine était pas mal répétitive. Les constats n'ont pas beaucoup changé avec le recul que le temps aura permis aux candidats de prendre, ce qui fait qu'on revenait beaucoup aux mêmes points d'une scène à l'autre. Disons qu'une réconciliation entre Marie-Ève et Jonathan ou alors une passion entre Jennifer et Rémi auraient été tout à fait improbables!

Reste donc à voir si Si on s'aimait sera de retour pour une deuxième saison... et qui seront les nouveaux cobayes.

Page d'accueil