Olivier au ciné: Blindness

pics

Cette semaine, Olivier nous parle du film Blindness mettant en vedette Julianne Moore, Mark Ruffalo et Danny Glover.

Lire la critique

BLINDNESS
(120 mns/ Canada, Hong Kong, Bresil)
Drame
Réalisé par : Fernando Meirelles
Avec : Julianne Moore, Mark Ruffalo, Danny Glover

Fernando Meirelles est indéniablement un réalisateur de premier ordre. Avec ses deux précédents films (« The Constant Gardener » et « City of God »), le Brésilien a démontré un sens esthétique indiscutable et une force de caractère contagieuse
probablement liés à sa riche culture sud-américaine. Avec Blindness il confirme un savoir faire dans la mise en images. Mais que dire du contenu… Dans une grande métropole (dont on ne saura strictement rien), une épidémie foudroyante de cécité s’abat sur la population. Le chaos. Ni plus ni moins. Les autorités, ne sachant trop quoi faire face à un tel fléau, décident d’entasser les
malades avérés et supposés dans un hôpital désaffecté. Tels des bestiaux prêts pour l’abattoir, ces pestiférés d’un nouveau genre vont devoir apprendre à survivre et, par la force des choses, recréer un semblant de société à l’échelle de ce lieu de marginalisation particulièrement sombre. Au beau milieu de cette précarité, violente et sauvage, la loi du plus fort est loi reine. Seule lueur d’espoir au milieu de cette torpeur : l’épouse de l’un des malades semble échapper à la contagion.

Fernando Merielles doit avoir eu une enfance particulièrement difficile, à tout le moins vécu des expériences traumatisantes, pour avoir si peu confiance en l’humanité. Mon dieu quel pessimisme! C’est à mettre dans le même sac qu’un « Monster’s Ball » ou un « 21 grams ». Si il n’y absolument rien à redire sur la mise en scène, la photographie ou le jeu des acteurs, que dire du message véhiculé: c’est à se flinguer. Et moi quand je vais au cinéma, c’est pour frissonner, rire, pleurer, m’attendrir, m’interroger et réfléchir même parfois. Mais pas me dégoûter de l’être humain que je suis, que nous sommes. Non merci M. Meirelles: pas cette fois.

PLUS DE NOUVELLES