Pas besoin de décors, de costumes ou même de mise en scène pour faire rire un public aux larmes; ça fait 12 ans que Didier Morissonneau, le producteur du Cabaret Bio Dégradable, l'a compris! Il en a fait la preuve une fois de plus vendredi dernier sur la scène du Lion d'Or en compagnie de sa troupe composée d'Anaïs Favron, Bruno Landry, Sylvain Larocque, Charles-Alexandre Quesnel, Rémi Montésinos, Kim Lavack Paquin et de deux nouveaux venus, Guillaume Lambert et Mylène St-Sauveur. Tous ont lu des extraits de biographies plus vides les unes que les autres, le concept de ce spectacle dont on ne se lasse pas.

Cette dernière a livré un moment particulièrement hilarant avec sa lecture de la biographie de la comédienne Andrée BoucherJ'ai choisi la vie, dans laquelle elle raconte avec une élégance étonnante un lavement intestinal qui s'est très, très mal déroulé. Digne d'une descendante de Criquette Rockwell, Mylène St-Sauveur a traduit avec beaucoup d'humour cette scène d'horreur et a démontré une fois de plus son grand talent d'interprète, mais aussi tout son potentiel comique.

Guillaume Lambert et le Cabaret Bio Dégradable, c'est un match naturel qui n'a pas déçu. Le comédien a offert une lecture de Si c'était à refaire de Danielle Ouimet avec une voix douce et posée, mais des expressions faciales qui témoignaient bien de l'absurdité des propos.

On a retrouvé Kim Lavack Paquin dans la peau de la jeune millionnaire fauchée Éliane Gamache Latourelle. Même s'il s'agissait du même interprète et des mêmes extraits que l'an dernier, cette répétition en valait la peine puisque la pharmacienne a fait bien des erreurs dans sa carrière, mais sa biographie La jeune millionnaire et les secrets parfois tristes de son succès est peut-être la plus grande. Son livre est si mauvais qu'il n'est probablement égalé que par celui de Julio IglesiasEntre le ciel et l'enfer, dans lequel il compte les coussins qui ornent sa chambre comme les femmes qui sont passées dans son lit. C'est Rémi Montésinos qui nous en a présenté ses meilleurs passages.

Anaïs Favron, juste assez corrosive, s'est remis le nez dans l'édifiante biographie d'Elisabetta FantoneJournal intime d'une lofteuse. Mais ce livre est de la haute voltige intellectuelle à côté de celui de la gagnante de la première saison de Loft Story aujourd'hui oubliée de tous, Julie Lemay, qui a signé Un automne au Loft. Dans l'hilarité générale, Sylvain Larocque en a fait la lecture de courts extraits tout au long du spectacle et il est difficile de déterminer lequel était le plus insignifiant!

Maurice « Mad Dog » Vachon (lu depuis les débuts du spectacle par Charles-Alexandre Quesnel), Robby Johnson (interprété par un Bruno Landry en grande forme), Rita Lafontaine, Michel Girouard, France Castel et Jacques Boulanger comptaient également parmi les victimes de cette édition, qui a démontré dans une salle à nouveau comble que le Cabaret Bio Dégradable est loin de s'essouffler.

Le Cabaret Bio Dégradable sera de retour sur la scène du Lion d'Or le 29 août. Pour des billets, c'est ici.

Image #1

Crédit: Patrick Lamarche

Image #2

Crédit: Patrick Lamarche

Image #3

Crédit: Patrick Lamarche

Image #4

Crédit: Patrick Lamarche

Image #5

Crédit: Patrick Lamarche

Image #6

Crédit: Patrick Lamarche

Image #7

Crédit: Patrick Lamarche

Image #8

Crédit: Patrick Lamarche

Image #9

Crédit: Patrick Lamarche

Image #10

Crédit: Patrick Lamarche

Image #11

Crédit: Patrick Lamarche

Image #12

Crédit: Patrick Lamarche

Image #13

Crédit: Patrick Lamarche

Image #14

Crédit: Patrick Lamarche

Image #15

Crédit: Patrick Lamarche

Image #16

Crédit: Patrick Lamarche

Image #17

Crédit: Patrick Lamarche

Image #18

Crédit: Patrick Lamarche

Image #19

Crédit: Patrick Lamarche

Image #20

Crédit: Patrick Lamarche

Image #21

Crédit: Patrick Lamarche

Plus de contenu