Flèche Love en 13 questions

Crédit photo: Courtoisie

La chanteuse suisso-algérienne au style unique Amina Cadelli, mieux connue sous son nom de scène Flèche Love, lancera son nouvel album le 13 septembre prochain. Bonne nouvelle pour ses fans québécois : elle en profitera pour venir en spectacle dans notre coin de pays, le 19 septembre à Québec et le 20 septembre à Montréal.

Courtoisie

Quel est ton film préféré de tous les temps?

J’ai tellement de films préférés! Mais si je ne dois en citer qu’un, je dirais que celui qui me touche infiniment, c’est Le Labyrinthe de Pan de Guillermo del Toro. La narration, le jeu d’acteurs, les décors, la musique; c’est un chef-d’oeuvre pour moi, qui parle autant à la Flèche Love de 29 ans qu’à celle de cinq ans.

Quel est ton statut Facebook actuel?

Je ne lui confie pas tout, à Facebook. Il y a des choses qui n’appartiennent qu’à moi!

Quelle chanson écoutes-tu en boucle en ce moment?

Je suis assez monomaniaque lorsqu’il est question de musique et, en ce moment, j’écoute en boucle Johan Papaconstantino et sa chanson Lundi, un mélange entre de la musique grecque traditionnelle et de l’électro, comme un loukoum 3.0.

Si tu pouvais changer de vie avec quelqu'un d'autre pendant une journée, qui choisirais-tu?

Question intense. Je choisirais un animal. Un orang-outan. Me balancer dans les arbres, être au cœur de la nature. L’orang-outan est un de mes animaux préférés, avec la baleine. Être un orang-outan à Bornéo me ferait rêver… Si on fait abstraction de ces tragédies que sont la déforestation et le réchauffement climatique…

Où est-ce que l’on risque de te croiser?

Dans mon studio d’enregistrement, c’est à dire chez moi ! Je suis assez casanière, certains diront introspective, méditative peut-être. En dehors de chez moi, on peut me croiser dans la rue en train de marcher, j’adore marcher! Ou bien sur mon vélo à Genève ou à Paris. On peut aussi me croiser parfois à la Demeure du Chaos, un endroit incroyable, un lieu magique et mystique vers Lyon.

Qui t’impressionne le plus?

Il y a tellement de gens qui m’impressionnent… Ce ne sont pas spécialement des gens connus, je suis impressionnée par les gens qui s’écoutent et qui vivent leur vie comme ils le sentent profondément, je suis impressionnée par les gens qui aiment vraiment et profondément, je suis impressionnée par les gens tout court parce que vivre c’est déjà une sacrée épopée.

Qui est ton/ta sexe-symbole?

Je n’ai jamais pensé à cette question, alors je viens de chercher la définition exacte dans le dictionnaire : « star symbolisant l'idéal sexuel masculin ou féminin ». Cette définition ne m’inspire pas vraiment. Au symbole je préfère le vivant, le mouvant. À l’idéal, je préfère la réalité, c’est ça qui m’attire, ce qui me touche.

Raconte-nous ton expérience la plus folle avec l’un de tes fans?

Je ne considère pas les gens qui écoutent ma musique comme des fans, c’est un terme étrange qui met directement l’artiste sur un piédestal, je les considère comme des êtres humains faisant partie de la communauté Flèche Love. Je considère Flèche Love comme une vraie communauté, je parle avec les gens qui m’écrivent, j’en rencontre certains quand ils sont à Paris ou Genève, je les reconnais à mes concerts, c’est un véritable échange. Je me rappelle un jour avoir joué en Autriche, à Vienne, et un jeune homme est venu depuis Istanbul pour nous voir. Il m’avait offert un petit porte-bonheur contre le mauvais œil, j’avais été extrêmement touchée, je l’ai toujours d’ailleurs, il est à côté de mon lit. Des moments comme ça, il y’en a plein, c’est aussi ce qui rend cette vie d’artiste palpitante, cette rencontre avec ces gens et leur sensibilité, savoir que ton art les touche profondément, c’est magnifique, c’est le vrai cadeau. Je me sens très chanceuse de pouvoir partager ça avec eux alors que mes morceaux viennent de mes entrailles, savoir que ce qui me traverse entre en vibration avec d’autres, c’est précieux et ça me donne la force et la motivation pour continuer ce que je fais.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Flèche love (@flechelove) le

Quel est ton plus grand plaisir coupable?

Aucun plaisir ne me semble coupable, je me culpabilise assez pour pleins de choses alors, quand il est question de plaisir, j’exulte!

Combien de temps prends-tu pour te préparer avant de sortir?

C’est une question à géométrie variable, mais je dirais entre deux minutes et 20 minutes pour des occasions spéciales. Jamais plus, sinon ça devient un cérémonial!

Ta dernière journée de congé ressemblait à quoi?

Mes dernières vacances, c’était un grand voyage en Thaïlande, avec mes deux sœurs. J’ai une passion pour le voyage, quand j’étais plus jeune, je voulais devenir ethnologue. Lorsque je suis à l’étranger, je me laisse inspirée par la culture, les gens, l’énergie, donc je ne suis pas totalement en vacances, je pense tout le temps à la musique, aux clips, aux costumes.

Quel est ton drink du moment?

Mes envies changent constamment : je suis mon instinct sur l’instant. En ce moment, c’est le kombucha, qui est un mélange vivant composé de bactéries et de levures : je sais que sur le papier, ça ne fait pas rêver, mais c’est excellent pour la santé et c’est plutôt bon.

Lequel des sept péchés capitaux te ressemble le plus?

Je dirais tous! En tant qu’être humain, je navigue entre différentes émotions, états et donc différents péchés. Après, tout est une question de dosage. La colère peut être féconde; ce qui la rend stérile, c’est lorsqu’elle devient incontrôlable, qu’elle avale tout le reste, qu’elle nous paralyse. Je suis pour vivre toutes les émotions, le péché est une notion culpabilisante. Je suis pour l’expérimentation, alors un peu de luxure, d’orgueil, de paresse et des trois autres, c’est ça, l’équilibre parfait.

Vidéos de la semaine

Psssttt ! Envoie-ça à ton ami!

PLUS DE NOUVELLES