Samedi dernier, JK Rowling a semé la controverse en critiquant ouvertement un article d'opinion qui a écrit « people who menstruate [les gens qui ont leurs menstruations] ». Bien évidemment, le texte a été écrit pour inclure les femmes transsexuelles et les personnes non-binaires. Chose qui semble être difficile à accepter pour l'autrice qui a déjà par le passé émis des commentaires transphobes.

Dans son tweet, JK Rowling n'a en effet pas caché sa frustration. « Je suis sûre qu'il y a un mot pour ces gens. Aidez-moi quelqu'un. Wumben? Wimpund? Woomud? », a-t-elle écrit en feignant de chercher le mot anglais pour femme, « woman ».

Bien entendu, son message a reçu son lot de protestations, mais plutôt que de s'excuser, l'autrice s'est défendue dans une série de tweets, affirmant être bien informée sur le sujet et que l'identité de genre invalide le sexe biologique : « Si le sexe n’est pas réel, il ne peut y avoir d’attirance pour le même sexe. Si le sexe n’est pas réel, la réalité vécue par les femmes dans le monde est effacée. Je connais et j’aime des personnes trans, mais effacer le concept de sexe enlève la possibilité de plusieurs de discuter de leur vie de manière significative. Ce n’est pas de la haine de dire la vérité. »

Elle a également ajouté : « L'idée que les femmes comme moi, qui font preuve d'empathie pour les personnes trans depuis des décennies, qui ressentent un sentiment d'appartenance parce qu'elles sont vulnérables de la même manière que les femmes - c'est-à-dire à la violence masculine -, "détestent" les personnes trans parce qu'elles pensent que le sexe est réel [...], c'est un non-sens. »

L'autrice a par la suite réitéré son respect pour le droit des personnes trans, tout en continuant de répéter le même discours jugé inexact par d’éminents militants et organisations queers comme GLAAD, qui lutte pour l’égalité des communautés LGBTQ+.

Mais voilà que Daniel Radcliffe, l'interprète d'Harry Potter, a choisi de mêler sa voix à la controverse par l'entremise de Trevor Project, un organisme sans but lucratif dédié à l'intervention et à la prévention du suicide chez les personnes de la communauté LGBTQ+ pour lequel l'acteur s'implique depuis une dizaine d'années.

La lettre ouverte de Daniel Radcliffe s'ouvre d'abord sur l'intention derrière son message. L'acteur ne peut être plus clair, il n'entre pas en guerre avec JK Rowling. « Bien que Jo soit incontestablement responsable du cours de ma vie [...], je me sens obligé de dire quelque chose à ce sujet », a-t-il écrit.

« Les femmes transgenres sont des femmes. Toute déclaration contraire efface l’identité et la dignité des personnes transgenres et va à l’encontre de tous les conseils donnés par des associations professionnelles de la santé qui ont beaucoup plus d’expertise sur ce sujet que Jo ou moi. »

L'acteur de 30 ans a ensuite repris une statistique fournie par l'organisme qui indique que 78% des jeunes transgenres et non-binaires ont déclaré avoir été victimes de discrimination en raison de leur identité de genre. « Il est clair que nous devons faire plus pour soutenir les personnes transgenres et non binaires, ne pas invalider leur identité et ne pas causer de dommages supplémentaires », a-t-il ajouté.

Bien entendu, le message transphobe qu'a véhiculé l'autrice a déçu de nombreux fans de la saga Harry Potter qui se sont sentis interpellés par les différents personnages et thématiques des livres. Ceux-ci ont en effet toujours prôné et célébré la diversité. Daniel Radcliffe s'est donc excusé au nom de l'univers du sorcier célèbre.

« À toutes les personnes qui estiment maintenant que leur expérience des livres a été ternie ou diminuée, je suis profondément désolé de la douleur que ces commentaires vous ont causée. J'espère vraiment que vous ne perdrez pas entièrement ce qui vous a été précieux dans ces histoires. Si ces livres vous ont appris que l'amour est la force la plus puissante de l'univers, capable de surmonter n'importe quoi; s'ils vous ont appris que la force réside dans la diversité et que les idées dogmatiques de pureté conduisent à l'oppression des groupes vulnérables; si vous pensez qu'un personnage particulier est trans, non-binaire, ou fluide, ou qu'il est gay ou bisexuel; si vous avez trouvé quelque chose dans ces histoires qui vous a touché et vous a aidé à tout moment de votre vie - alors c'est entre vous et le livre que vous lisez, et c'est sacré. Et à mon avis, personne ne peut y toucher », a-t-il conclu.

Un témoignage vibrant et criant de vérité. On lève notre chapeau à l'acteur pour avoir utilisé sa tribune pour répandre un peu plus d'amour dans l'univers, et un peu moins de division.

Pour lire la lettre complète, c'est ici.

Page d'accueil