Nathalie Simard revient sur les événements de 2004 à Tout le monde en parle

Crédit photo: Karine Dufour

Quinze ans après avoir dénoncé son agresseur, l'agent et producteur déchu Guy Cloutier, Nathalie Simard veut enfin vivre pleinement. Invitée sur le plateau de Tout le monde en parle dimanche soir, la chanteuse s'est ouverte avec quiétude sur plusieurs sujets, dont les événements de 2004.

« J'ai été en mode survie très longtemps. Dénoncer, c'est une chose. L'après-dénonciation, on ne sait jamais à quoi s'attendre. J'ai passé à travers toutes sortes de tempêtes et d'intempéries. [...] Il y a 15 ans, lorsque j'ai dénoncé Guy Cloutier, j'avais l'impression que les gens n'étaient pas prêts à entendre ça. On m'a mis beaucoup sur la sellette en me jugeant, en me traitant de toutes sortes de noms... mais ça, je vis avec ça et j'ai appris à vivre avec ça, parce que je sais qui je suis. Maintenant. Davantage », a-t-elle affirmé d'entrée de jeu avec un regard presque serein sur les quinze dernières années, se décrivant non pas comme une victime, mais comme une survivante.

Nathalie a également rappelé l'impact que peuvent causer des actes aussi violents dans une vie : « De vivre des crimes sexuels lorsque tu es enfant, que tu es toute petite, ça brise une bonne partie de ta vie. C'est difficile de grandir avec la peur, avec la honte, la culpabilité. [...] C'est tellement lourd tout ça et c'est difficile de s'épanouir sainement, de faire des bons choix dans la vie [...] ». L'artiste rappelle d'ailleurs que « c'est important d'en parler [de dénoncer], parce que quand on ne parle pas, on laisse le pouvoir aux agresseurs, de poursuivre et de faire d'autres victimes ».

L'artiste de 49 ans est également venue parler de sa trilogie Je veux vivre, regroupant un nouvel album, un spectacle-conférence ainsi qu'un livre recueillant 23 témoignages de survivants et survivantes de toutes formes de violence, afin de sensibiliser la population. L'album et le livre de témoignages seront d'ailleurs en vente à compter du 12 février.

Plus forte que jamais, après avoir tourné la page sur son douloureux passé, Nathalie a aussi tenu à remercier sa fille Ève, qui a grandement contribué à sa guérison, et souhaite continuer à aider les victimes de violence.

Pour visionner son entrevue en intégralité, c'est juste ici!

Vidéos de la semaine

Psssttt ! Envoie-ça à ton ami!

PLUS DE NOUVELLES