Jeudi dernier, Joanie Gonthier a publié un texte des plus bouleversants titré Chaque matin, sourire aux lèvres, micro à la main, je vous mentais sur Urbania. L'ancienne présentatrice météo de Salut Bonjour s'est ouverte sur les réelles raisons qui l'ont poussée à quitter son poste à l'émission matinale, après avoir révélé plus tôt cette année qu'un trouble anxieux en était en cause.

Dans ce billet-choc, elle raconte les années difficiles qu'elle traversait alors qu'elle était debout, devant la caméra, chaque matin, illuminant nos matinées. En plus de l'anxiété, Joanie affirme qu'elle souffrait également de boulimie, d'alcoolisme et de dépression. Toujours en rémission, la belle semble toutefois très positive, pleine d'espoir et d'amour envers elle-même.

Dans ledit billet, elle aborde d'emblée : « Chaque matin, sourire aux lèvres, micro à la main, je vous mentais. Je me mentais. Je faisais comme si tout allait bien… J’étais malade. Mes maladies, je ne les vivais pas à l’horizontale dans un lit d’hôpital, je les vivais debout, chaque jour, devant le Québec. »

« Parce que dans la réalité, je n’étais pas une femme souriante, pleine d’énergie et d’optimisme. J’étais une femme sévèrement boulimique, alcoolique, dépressive et chroniquement anxieuse. J’étais une femme qui se bourrait de pilules, qui traitait ses proches comme de la marde », admet Joanie, avant d'expliquer les événements qui ont fait en sorte qu'elle a développé de sérieux troubles de santé, précédent même son entrée en poste à Salut Bonjour, et de partager des photos troublantes concernant les impacts sur son corps.

« Y’a des matins où j’ai pris le volant alors que je n’aurais probablement pas dû. Y’a un matin où mon coiffeur m’a dit que je sentais le fond de tonne. Y’a un matin où, 15 minutes avant de commencer l’émission, j’ai annoncé à mon équipe que j’étais incapable d’aller en ondes. Y’a rarement un matin où, en roulant sur Maisonneuve, je ne souhaitais pas entrer en collision avec un chauffard à l’intersection Papineau, juste pour m’éviter d’aller jouer à la fausse fille heureuse. Ma dépression se creusait de nouvelles profondeurs. L’anxiété chronique était mon pain quotidien. Ça n’allait pas. Vraiment pas. En octobre 2018, j’ai pris la décision difficile de quitter mon travail afin de relever le plus grand défi de ma vie : celui de la guérison », peut-on lire.

Joanie confie que sa reconstruction est la chose la plus difficile à laquelle elle a été confrontée, en devant faire face à ses émotions, en réapprenant à vivre, à manger, à dormir, en reprogrammant son cerveau et en formant de nouvelles habitudes, tout ça avec de l'aide professionnelle. « Dans les dernières années, ce sont les témoignages de ceux qui ont eu le courage de raconter leur histoire en se révélant sous leur vrai jour qui m’ont donné la force d’entamer ma guérison. Si, à mon tour, je peux donner un peu d’espoir, ça aura valu la peine », justifie-t-elle.

Nous souhaitons à Joanie la santé, le bien-être et l'équilibre pour la suite des choses, en lui offrant également notre plus sincère soutien. Espérons aussi que ce témoignage poignant pourra aider d'autres personnes se retrouvant dans la même situation.

On vous recommande de lire l'article intégral juste ici.

Page d'accueil