Fabienne Larouche

Fabienne Larouche a tenu hier a exprimer son point de vu sur les fameux Gémeaux sur sa fanpage Facebook, gala qui récompense le cinéma et la télévision d'ici dont elle boycotte depuis 2004. Fabienne a donc dressé une liste de points qui devraient être amenés à être changés au processus de votation afin qu'elle pense à revenir dans la course, elle aussi.

« Comme chaque année, à ce moment-ci, on s'attend à devoir répondre à la très intéressante question: "Pourquoi vous n'allez pas aux Gémeaux". 

 Le 21 novembre dernier, j'écrivais à mon bon ami Richard Speer, président de l'Académie, pour lui faire part des changements proposés par Aetios Productions pour participer à cette fête annuelle censée récompenser le meilleur de la télévision. Voici ce que nous demandions:

1) Les catégories en fiction devraient être modifiées pour refléter la réalité actuelle de la télévision. 30vies n'est pas un téléroman, c'est une série, malgré son petit budget. Nous estimons que trois catégories devraient exister: Séries dramatiques; Comédies dramatiques; Comédies. Et dans ces trois catégories, on devrait distinguer les concepts originaux québécois des concepts étrangers.

2) Éliminer l'étape de pré-sélection. Un comité composé de membres identifiés et responsables de leurs choix détermine quelles sont les productions qui méritent d'être en nomination. Les membres de ce comité justifient leurs décisions auprès du public et des journalistes.

3) Le vote général de l'Industrie devrait compter pour 100% et déterminer les gagnants. On élimine les journées de jury. Ne peuvent voter que les membres, par Internet. Chaque membre ne peut voter qu'une fois - il a une "clé numérique" avec son membership - et ses votes sont consignés dans le "nuage" de l'Académie. 

4) Le vote du membre devrait présenter trois choix dans l'ordre, du premier au troisième, pour contrôler l'effet "contre". En ayant l'obligation de voter pour un 2e ou un 3e choix, le membre peut participer sans le vouloir à la victoire du 2e ou du 3e. Non seulement cette manière de faire permet de garder le doute jusqu'à la fin, mais elle limite l'action des "lobbys".

5) Ravaler les auteurs dans un gala d'après-midi est offensant pour ceux qui sont à la source des oeuvres. Aucun gala digne de ce nom ne procède ainsi. Auteurs, réalisateurs et interprètes devraient être au gala principal.

6) Le vote du public devrait être assujetti à un meilleur contrôle via les adresses IP pour éviter des situations comme celles du dernier Gala où même l'animateur ne connaît pas l'émission finaliste.

C'est tout. »

Crédit photo: Karine Paradis

Page d'accueil