Quelles sont les vedettes québécoises qui se démarquent à l'international?

Crédit photo: Cover Images

Il y a du talent au Québec! Au petit comme au grand écran, à la réalisation comme dans le chant, plusieurs artistes d’ici ont réussi à se frayer un chemin vers la gloire. Leur talent est tel qu’il est reconnu non pas seulement par les Québécois, mais par le reste du monde qui ne voudrait surtout pas s’en priver. Pour y arriver, ces personnalités ont su surmonter les obstacles qui se dressaient sur leur passage et ne se sont pas arrêtées avant d’atteindre le sommet. Elles ont véritablement de quoi être fières! Sans plus tarder, voici donc le récit inspirant de 10 vedettes québécoises qui se démarquent à l’international.

1. Céline Dion

 

Cover Images

Quand on pense aux Québécois dont le talent est reconnu autant ici qu’ailleurs, impossible de passer à côté de Céline Dion. Sa popularité est telle qu’à un moment de sa carrière, son nom de famille est devenu superflu et son prénom à lui seul évoque une chanteuse que tous rêvent de voir et d’entendre sur scène. Née dans les années 60 dans une famille nombreuse qui affectionne la musique, Céline s’initie très jeune au chant. Les clients du Vieux Baril, un resto-bar qui appartient à son père, ont parfois le plaisir d’entendre Céline interpréter un vaste éventail d’œuvres musicales. Puis, en 1981, René Angélil reçoit une cassette de démonstration sur laquelle la jeune chanteuse de 12 ans à la voix d’or interprète Ce n’était qu’un rêve, écrite par elle-même, sa mère et son frère Jacques. Le gérant artistique, devant un talent aussi pur, n’hésite pas à hypothéquer sa maison pour financer le premier album de celle qui deviendra une artiste acclamée mondialement. Dans les années qui suivent, Céline cumule les récompenses. Elle remporte une compétition de chant au Japon, lance un premier album en France, chante devant le Pape, remporte ses premiers prix Félix et devient la première Canadienne à obtenir un disque d’or en France. Tout ça avant même d’avoir 18 ans! Par la suite, elle décide d’apprendre l’anglais afin d’aider sa carrière internationale. Elle interprète alors de plus en plus de chansons anglophones et remporte, en 1990, le Félix de l’artiste anglophone de l’année. Elle refuse toutefois le prix prétextant qu’elle est et sera toujours francophone. Plus les années avancent et plus le succès de Céline est triomphant. À ce jour, elle a vendu plus de 220 millions d’albums et reçu cinq Grammys, deux Oscars et 40 prix Félix (pour ne nommer que ceux-là), faisant d’elle une des chanteuses les plus talentueuses de tous les temps!

2. Caroline Dhavernas

Cover Images

Fille de Michèle Deslauriers et de Sébastien DhavernasCaroline est rapidement encouragée à explorer le milieu du show-business et s’initie au doublage alors qu’elle est âgée de seulement huit ans. À l’aube de l’adolescence, elle participera à la série québécoise Marilyn. Une décennie plus tard, la jeune actrice dans la vingtaine est remarquée alors qu’elle apparaît dans un épisode de la série américaine Law & Order et se voit offrir le rôle principal de la série Wonderfalls. Plusieurs découvrent véritablement son immense talent en 2013, alors qu’elle obtient le rôle de la Dr Alana Bloom dans la série Hannibal, qui a connu un immense succès autant ici que chez nos voisins du sud. Elle y joue aux côtés de Mads Mikkelson, chargé d’incarner le fameux psychiatre psychopathe et cannibale imaginé par l’auteur Thomas Harris. Pour de nombreuses critiques, le succès de ce thrillerpsychologique tient à son style visuel unique, mais surtout aux performances exceptionnelles des acteurs. Ces derniers temps, Caroline incarne une docteure qui aide illégalement des patients en phase terminale à mettre fin à leurs jours dans la série Mary Kills People. Tant l’objet de la série que le jeu de cette actrice talentueuse forcent à se questionner sur cet enjeu d’actualité qu’est l’assistance à mourir. Un sujet à la fois lourd et essentiel à aborder dont les nuances sont exposées dans cette série très appréciée des téléspectateurs. En plus d’y jouer le rôle principal, Caroline s’occupe aussi du doublage de la voix de son personnage pour la version francophone. Un petit clin d’œil à ses premiers pas dans l’industrie!

3. Xavier Dolan

Cover Images

La réputation de Xavier Dolan n’est plus à faire. Celui qui a dû auto-financer son premier projet cinématographique n’a aujourd’hui plus à convaincre quiconque de son talent. Inutile de rappeler que ce premier projet, c’est J’ai tué ma mère, un long-métrage à l’inspiration autobiographique qui est, contre toute attente, choisi pour être présenté à Cannes, en 2009. En plus d’y être encensé par la critique, il y remportera trois prix durant la Quinzaine des réalisateurs : le Art Cinema Award, le prix Regard Jeune et le prix de la Société des auteurs et compositeurs dramatiques (SACD). Un début fracassant dans l’univers cinématographique pour Xavier Dolan, qui n’est alors âgé que de 20 ans! Loin de s’arrêter là, le jeune réalisateur et scénariste redoublera d’ardeur par la suite. En seulement quelques mois, il rédige un deuxième scénario et se retrouve une fois de plus au Festival de Cannes l’année suivante afin d’y présenter Les Amours Imaginaires. Il y remporte le prix Regard Jeune alors que le prestigieux prix Un Certain Regard lui passe sous le nez. Ne se laissant pas abattre, Xavier reviendra à Cannes en 2012 pour présenter le film Laurence Anyways et sera à nouveau nommé dans la catégorie Un Certain Regard. C’est grâce à son actrice vedette, Suzanne Clément, que le film remporte le Prix d’interprétation féminine dans cette catégorie. Alors qu’il avait d’abord touché au métier d’acteur en participant à quelques longs-métrages dans sa jeunesse, c’est son talent de réalisateur qui a fait de lui un artiste de renommée mondiale. Il est aujourd’hui reconnu autant du public que de ses pairs et gageons qu’il obtient aisément le financement dont il a besoin!

4. Karine Vanasse

Cover Images

C’est à l’âge de 11 ans que Karine Vanasse apparaît au petit écran pour la première fois dans le cadre de l’inoubliable concours de lip synch organisé par l’émission jeunesse Le Club des 100 Watts. Elle remporte d’ailleurs les honneurs de cette compétition, et ce, deux années consécutives. Elle obtient des rôles dans quelques productions avant d’être invitée à rejoindre l’équipe de l’émission scientifique animée par Gregory CharlesLes Débrouillards. Quelques années plus tard, elle obtient un rôle dans la série Deux Frères, qui connaîtra un important succès au Québec. Par la suite, elle remporte le prix Jutra de la Meilleure actrice pour son interprétation de Donalda Laloge dans le film Un homme et son péché réalisé par Charles Binamé. Il s’agit par ailleurs de la troisième adaptation du roman du même nom. Puis, Karine continue de prouver son talent et s’initie à la production grâce au film Polytechnique, réalisé par Denis Villeneuve et sorti en salle en 2009. Ainsi, en plus d’y obtenir un des rôles principaux, Vanessa est coproductrice de ce film basé sur les événements tragiques de la tuerie de l’École Polytechnique de Montréal, qui a eu lieu en 1989. Son talent lui vaut par ailleurs le prix Génie de la meilleure interprétation féminine dans un premier rôle. Son premier rôle dans une production américaine fut celui de Colette, une agente de bord française, dans la série Pan Am. Le projet lui a vraisemblablement ouvert les portes des États-Unis puisque quelques années plus tard, elle se voit offrir le rôle de Margaux dans la série Revenge. À noter qu’elle s’est aussi chargée du doublage de la voix de son personnage pour la version francophone de la série. Elle jouera par la suite dans Blue Moon et dans Cardinal. Récemment, l’actrice originaire de Drummondville a donné naissance à un petit garçon et prend donc une pause professionnelle bien méritée en compagnie de sa petite famille.

5. Suzanne Clément

Cover Images

Suzanne Clément obtient son premier rôle à la télévision en 1982 dans Les transistors. Elle est alors âgée de 13 ans. Puis, de 1992 à 1996, elle joue Isabelle Bélanger dans le très populaire feuilleton télévisé Watatatow qui a marqué toute une génération de jeunes. Au cours de la même période, elle est diplômée du Conservatoire d’arts dramatiques de Montréal. Alors qu’elle était apparue au grand écran pour la première fois en 1995 dans Le confessionnal, elle cumule les rôles par la suite. En 2006, elle interprète Sophie Paquin, une agente d’artistes attachante sur laquelle la vie ne cesse de s’acharner, dans la série Les Hauts et les bas de Sophie Paquin. L'émission, diffusée sur les ondes de Radio-Canada connaîtra quatre saisons et vaudra à Suzanne le prix Gémeaux du Meilleur premier rôle féminin dans une comédie en 2007 ainsi qu’en 2008. Puis, elle fait la rencontre du jeune et talentueux Xavier Dolan et accepte de jouer dans son premier film, J’ai tué ma mère, qui, on le sait, connaîtra un énorme succès. Sa collaboration avec le réalisateur ne s’arrête pas là et Suzanne Clément devient en fait une de ses muses. Elle joue par la suite dans Laurence Anyways et sa prestation lui vaut le Prix d’interprétation féminine dans la catégorie Un Certain Regard, à Cannes, en 2012. Elle récidive en 2014 en acceptant un rôle dans Mommy, alors qu’elle s’était exilée en France pour prendre une pause du métier d’actrice. Grâce au film de Dolan, elle retrouve toutefois la passion pour son métier et connaît un succès international. Depuis, elle a joué dans plus d’une dizaine de films français.

6. Emmanuelle Chriqui

Cover Images

Emmanuelle Chriqui est née à Montréal le 10 décembre 1975, mais a grandi en Ontario. Elle apparaît dans une publicité pour la chaîne de restauration rapide McDonald’s alors qu’elle est âgée de 10 ans, mais ne poursuit sérieusement sa carrière d’actrice que dans les années 90. À l’époque, elle obtient de petits rôles dans plusieurs séries et dans quelques films. Puis, en 2008, elle obtient un des rôles principaux dans la comédie You Don’t Mess With the Zohan et partage ainsi l’écran avec Adam Sandler. Quelques années plus tard, elle sera remarquée alors qu’elle joue le rôle de Lorelei Martins dans la série The Mentalist. Elle y joue une serveuse sympathique et manipulatrice qui assure le lien entre le personnage principal, Jane, et Red John, le mystérieux tueur en série qui tiendra en haleine les téléspectateurs pendant près de six saisons.

7. Rachelle Lefèvre

Cover Images

Rachelle Lefèvre naît et grandit à Montréal. Alors qu’elle travaille comme serveuse, elle est remarquée par un client régulier qui l’aide à décrocher une audition pour une émission de télévision. Elle n’obtient pas le rôle, mais son talent est néanmoins remarqué et, quelques années plus tard, elle est choisie pour interpréter Stacey Hanson dans la série Le loup-garou du campus, diffusée au Canada ainsi qu’aux États-Unis. Malgré ses obligations professionnelles, Rachelle réussit à compléter des études en éducation et littérature à l’Université McGill. En 2008, elle obtient le rôle de la vampire Victoria dans la très populaire saga Twilight, mettant en vedette Kristen Stewart et Robert Pattinson. Elle sera toutefois remplacée par Bryce Dallas Howard dans le troisième film de la série. Plus récemment, elle a joué le rôle d’Olivia Bloom dans la deuxième saison de la série Mary Kills People, aux côtés de Caroline Dhavernas.

8. Évelyne Brochu

Cover Images

Alors qu’elle naît dans les années 80 en banlieue de Montréal, elle s’initie tout de même très jeune à l’anglais. À l’adolescence, elle complète des études en art dramatique au Cégep de Saint-Laurent puis est diplômée du Conservatoire de musique et d’art dramatique en 2005. Elle obtient un premier rôle au cinéma en 2006 dans le film Cheech de Patrick Sauvé, puis joue aux côtés de Karine Vanasse dans le film Polytechnique de Denis Villeneuve en 2009. Au cours des années suivantes, on la verra autant au petit qu’au grand écran. Puis, en 2013, elle obtient le rôle anglophone de la Dre Delphine Cormier dans la série Ophan Black, tournée en Ontario. Son aisance à jouer autant en anglais qu’en français est un atout de taille pour l’actrice. Elle jouera ainsi dans plusieurs productions, autant canadiennes qu’étrangères. En 2016, elle obtient le rôle principal dans le film Miséricorde, une coproduction entre le Québec et la Suisse. Elle apparaît aussi dans les productions américaines Pawn Sacrifice et Rememory.

9. Sarah-Jeanne Labrosse

Karine Paradis

Au Québec, le visage de Sarah-Jeanne Labrosse est partout. Au petit comme au grand écran – et sur les écrans de nos téléphones portables – on aime la voir apparaître et constater son indéniable talent. Au cours des dernières années, on a pu la voir notamment dans YamaskaUnité 9Les pays d’en haut, mais aussi dans les films StarbuckAurore et Bon Cop, Bad Cop. Comme elle maîtrise aussi bien l’anglais que le français, elle a aussi participé à des productions internationales comme Human Trafficking en 2005 et The Extraordinary Journey of the Fakir, en 2018.

10. Marc-André Grondin

Serge Cloutier

Alors qu’il était apparu dans une publicité télévisée alors qu’il n’était âgé que de trois ans, c’est beaucoup plus tard que Marc-André Grondinconnaîtra un véritable succès. Après quelques rôles, notamment dans Les Intrépides et Watatatow, on l’aperçoit au grand écran dans des rôles secondaires. Puis, son personnage dans le film C.R.A.Z.Y le propulse vers le succès. Son interprétation de Zachary, un jeune homosexuel des années 1970 en constante confrontation avec son père, lui vaut le prix Jutra du Meilleur acteur, en 2006. Le film connaît un immense succès au Québec, mais aussi en Europe et aux États-Unis. Marc-André Grondin se verra donc offrir de belles opportunités en France par la suite en plus de son succès au Québec.

Psssttt ! Envoie-ça à ton ami!

PLUS DE NOUVELLES