Céline Dion en salle de presse à l'ADISQ: René, «je l'aimais, je l'aime et je l'aimerai toujours»

Céline Dion en salle de presse à l'ADISQ: René Angélil, «je l'aimais, je l'aime et je l'aimerai toujours».

Qui aurait cru que Céline Dion reviendrait un jour à l'ADISQ? La chanteuse la plus BIG du Québec et du MONDE était présente au Gala pour recevoir un cadeau très touchant... le Félix honorifique en hommage à son défunt mari et imprésario René Angélil. La star était ravissante avec sa robe sobre ornée de coeurs signée Elie Saab. En plus de lancer un discours émouvant et d'interpréter Avec le temps de Léo Ferré sur scène (avec un ton plutôt dramatique, disons-le), la femme à la voix d'or est venue nous faire un petit coucou en salle de presse et a également tenu à dire quelques mots aux médias... voici les meilleurs moments!

«J'ai bien pris mon temps ce soir en interprétant cette chanson iconique de Léo Ferré. Je voulais m'assurer que René, surtout... et moi-même, mes enfants, ma famille, les gens qui m'entourent, les gens avec qui je travaille, que je respecte énormément, ne pensent pas que parce que René est parti vivre une autre vie, que l'amour entre lui et moi, que l'amour est terminé et que l'amour est mort: c'est d'aimer d'une autre façon. Comme Luc Plamondon a dit: l'amour existe encore, l'amour existera toujours. J'ai aussi dit ce soir que je l'aimais, je l'aime et je l'aimerai toujours, au-delà des phrases de Léo Ferré, que je respecte immensément.»

Céline Dion ADISQ 2016

«Je suis encore évidemment un peu en deuil. Ce sont des notes très sensibles, pas juste pour moi mais pour toute la famille. Tout a été dit ce soir. René aimait non seulement moi (rires), mais il aimait aussi les artistes, les artisans. Je l'ai dit ce soir. Artiste lui-même, il avait un respect immense pour ce métier, pour les gens qui bossaient très fort pour avoir une place, pour s'exprimer à travers la musique, à travers les chansons. D'être ici ce soir, et que ce ne soit pas nécessairement pour moi, ça a été davantage touchant. Malgré qu'il ne soit plus physiquement présent, il était là ce soir, j'en suis persuadée, lui-même étant rempli de tant d'amour, qu'il nous habitait. Pour moi d'être là ce soir, j'ai senti un petit peu comme une petite ficelle qui me rattachait à lui. J'avais envie de lui tendre la main, en lui disant: ce soir, on t'honore, et c'est moi qui représente tous tes enfants, la famille, les gens que tu aimes de l'industrie, on est tous là pour te dire qu'on t'aime, qu'on t'a toujours aimé, qu'on te respecte, que tu as influencé beaucoup de gens.»

«C'est tellement rempli d'amour, cette soirée, cette nomination, ce trophée, cette chanson; tout a été pensé. Tout a été mis au point du mieux que l'on pouvait, et honnêtement, jusqu'à ma robe que je porte ce soir. Parce qu'elle est pleine d'amour, parce que j'ai vécu d'amour, parce que j'ai été portée par votre amour. Parce que j'ai été élevée par son amour. Et je sais qu'il me porte ce soir encore.»

Céline Dion ADISQ

«Je souhaite à tous d'avoir une carrière comme la nôtre. Il faut y croire! Parce qu'honnêtement, au Québec, très spécialement, il y a tellement de talents. Il faut que les gens aient vraiment envie d'avoir cette carrière internationale... Parce que c'est facile de dire: «Ah, oui! Moi, je veux chanter, je veux faire le tour du monde, je veux avoir une carrière à l'internationale». René disait tout le temps: «Ça prend quand même un peu de talent, mais ça prend une équipe autour de tout ça. Ça prend des bonnes chansons, ça prend une équipe... il n'y a pas juste le talent dans ça». Il y a la discipline, il y a le vouloir, la confiance. Ce n'est pas juste la voix, ce n'est pas juste le talent. Mais si nous, au départ, en tant qu'artiste, on n'y croit pas, c'est sûr que ça n'arrivera jamais. Moi, j'avais 5 ans, j'étais sur la table de cuisine, j'savais pas trop ce qui se passait, puis pas tellement longtemps après, on m'a dit: «Il faut que tu prennes des cours d'anglais, car si jamais tu as une carrière internationale, il va falloir que tu chantes en anglais et en français, et que tu fasses des entrevues». Bref, les gens du Québec sont très talentueux, il faut y croire et je pense vraiment que ce n'est pas juste peut-être possible, mais c'est plus que possible.»

«J'ai quelques coups de coeur québécois, c'est sûr! Je n'écoute pas beaucoup de musique parce que je suis toujours en tournée ou en train de faire un album en français ou un album en anglais (rires). Cependant, Coeur de Pirate, sa prestation de ce soir était superbe... elle a nagé dans l'eau! Moi, à Las Vegas, je reçois de l'eau, mais je ne me fais pas éclabousser. Je ne sais pas si c'était prévu son truc, mais elle, elle a NAGÉ dans l'eau. Alors, peut-être que dans 4 ans, on va la retrouver aux Olympiques, en nage synchronisée (rires). Il y a monsieur Fred Pellerin, qui me fait rire et qui me fait pleurer de son humour et de sa sensibilité. Là, vous allez me dire: «Ah! C'est sûr qu'elle était pour dire ça!»... mais c'est sûr que Marc Dupré, je l'aime beaucoup. Ce n'est pas seulement un chanteur exceptionnel, c'est une personne formidable. Il a gagné ce soir, je suis super contente pour lui. Bravo Marc! Tu le mérites amplement! C'est sûr que c'est un petit peu une histoire d'amour, parce qu'il fait partie de la famille. C'est sûr qu'on va toujours l'encourager, mais il est super bon, c'est un interprète extraordinaire. Oui, il a beaucoup d'humour, c'est humoriste formidable, mais c'est un chanteur exceptionnel.»

Céline Dion ADISQ

«Vous savez, quand qu'on est de son propre vivant, on veut toujours se défendre, on veut toujours dire ce qu'on veut dire, mais quand les gens ne sont plus là, et qu'on leur rend hommage, et qu'on demande à l'époux, aux enfants, à la famille, aux femmes, de venir chercher un trophée honorifique pour quelqu'un qui n'est plus physiquement là, c'est très difficile, c'est très touchant. Je le sens présent et je suis sûre qu'il n'a rien manqué. Je me console en me disant que même s'il avait été là physiquement, j'aurais quand même porté ma robe à fleurs. J'aurais quand même eu Scott, avec les violons, et les musiciens...»

«Si je peux insister pour le restant des gens qui sont dans cette industrie, et qui méritent probablement, ou qui mériteront peut-être un hommage, que ce soit ici ou que ce soit ailleurs, n'attendons pas trop longtemps, n'attendons pas à demain pour remettre les choses. Personne ne sait ce qui peut nous arriver demain. Si nous avons l'intention d'appeler notre mère pour lui dire qu'on l'aime, si nous avons l'intention de rendre hommage à quelqu'un, n'attendons pas que cette personne ne soit plus là».

Psssst! Voyez ici le témoignage de Céline ainsi que sa prestation lors du Gala télévisé:

À lire aussi:

Tapis rouge glam du Gala de l’ADISQ 2016

Crédit photo: Karine Paradis

Psssttt ! Envoie-ça à ton ami!

PLUS DE NOUVELLES