Ricardo au cœur d’une chicane de voisins

Ricardo fait bien rigoler depuis hier à cause de dizaines et de dizaines de commentaires hilarants laissés sous sa recette ridiculement simple d'avocats à la crème sure, mais Jacques St-Georges n'entend pas à rire. Le coiffeur de 63 ans a un problème avec l'homme d'affaires du monde culinaire à cause d'une chicane de voisins qui perdure depuis quelques années déjà, peut-on lire aujourd'hui dans le Journal de Montréal.

Propriétaire d'une maison centenaire à St-Lambert, monsieur St-Georges dit avoir vu sa quiétude disparaître quand la compagnie de gestion immobilière C2L2, dont Ricardo est l'un des quatre propriétaires, a acheté le terrain mitoyen au sien en 2013. Suite à cet achat, d'importants travaux ont été faits sur la propriété afin d'accueillir les bureaux de Ricardo Média Inc. ainsi qu'une boutique et un café, mais monsieur St-Georges accuse le chef cuisinier d'avoir causé des dommages à son terrain en plus d'avoir troublé sa paix pendant deux ans, réclamant ainsi près de 14 000$. « Je me suis rendu malade, j’ai fait un burn out avec ça. Je n’étais plus capable d’entendre le bruit des pelles mécaniques, des nacelles et des camions », a-t-il confié en entrevue avec le Journal de Montréal.

« Ricardo est arrivé ici avec ses gros sabots, comme s’il nous disait : “Tassez-vous, j’arrive!”. Je n’en veux pas directement à Ricardo et je ne veux pas en faire une chicane personnelle, mais je suis son seul voisin mitoyen et j’aurais aimé être traité avec respect », a fait savoir le sexagénaire qui s'est tourné vers les petites créances l'an dernier devant le refus de l'entreprise de payer, celle-ci ne se considérant pas responsable. Les deux parties ont finalement accepté la médiation, qui devrait avoir lieu bientôt, pour régler rapidement le conflit. On suggère à Ricardo de se présenter avec des avocats qui ont fait leur barreau, pas ceux dans la crème sure!

 

À lire aussi:

Triste nouvelle pour Ricardo

PHOTOS: Ricardo fête son 2000e épisode

Article controversé sur Ricardo dans le Elle France : l’auteur s’explique

Crédit photo: Karine Paradis

Source: Journal de Montréal

PLUS DE NOUVELLES