Olivier au ciné: BABINE

Enfin! Notre cher Olivier est revenue de vacance. Voici sa critique du film Babine, réalisé par Luc Picard et mettant en vedette Luc Picard, Vincent-Guillaume Otis, Alexis Martin, Isabel Richer.

Lire la critique:

BABINE
(Québec/ 1h50)
Réalisé par : Luc Picard
Avec: Luc Picard, Vincent-Guillaume Otis, Alexis Martin, Isabel Richer.

En cette fin d’année plutôt morose, où tout nous rappelle que l’économie mondiale est en crise et que notre jolie planète se meurt, arrive sur nos écrans québécois un cadeau tombé du ciel. Ecrit par Fred Pellerin et orchestré par Luc Picard (dont c’est ici le second long métrage en tant que réalisateur), « Babine » se définit comme un conte de Noël, un conte québécois, charmant et singulier tout à la fois.

Dans le petit village de Saint-Elie-de-Caxton, Babine est le fou du village. Ce doux-dingue à l’esprit rêveur, totalement inoffensif, serait pourtant la cause de tous les maux du village si l’on en croit ses habitants. Alors qu’un incendie ravage l’église locale et enterre son bon curé, tous les regards accusateurs se tournent d’ailleurs vers Babine. Condamné à mort sans preuves, il ne devra son salut qu’à l’intervention de son ami Toussaint Brodeur (Luc Picard), patron du magasin général du coin.

C’est un véritable voyage fantastique auxquels nous convient Fred Pellerin et Luc Picard .Un périple au cœur d’un univers sur lequel le temps n’a pas d’emprise, un monde où l’impossible devient possible et où le Bien triomphe forcément du Mal. Au-delà de l’indéniable talent de conteur de Pellerin, il faut saluer également la mise en scène impeccable de Picard qui a su s’entourer de gens de grand talent pour nous donner à voir et à pénétrer cet univers si particulier. Et avec un budget de 6 millions de dollars (ce qui n’est déjà pas si mal pour un film québécois) Luc Picard nous en donne pour notre argent et même plus encore. Certaines scènes (notamment celles ou Babine se retrouve au cirque) flirtent avec la perfection et la comparaison avec Tim Burton s’impose alors d’elle-même.

Voilà en tout cas une thérapie de deux heures somme toute peu coûteuse. Pour tous ceux qui, aux prises malgré eux avec la grisaille ambiante, recherchent une bouffée d’air optimiste.

Olivier.

PLUS DE NOUVELLES