Étienne Drapeau réplique aux insultes de Richard Martineau

Cette semaine, Étienne Drapeau a écrit un statut sur Facebook qui a été aimé par plus de 10 000 personnes. Appelant à la tolérance, l’amour et le respect, il revient sur les attaques du public et des médias contre le physique de Valérie CarpentierSafia Nolin et Katherine Levac. Alors que la publication a reçu d’excellents commentaires, Richard Martineau et sa gang de la radio n’avaient visiblement rien de bon à dire à ce sujet hier à l’émission Maurais Live

Ils ont frappé tellement fort sur Étienne Drapeau pour sa publication qui, rappelons-le, incitait au respect, que le chanteur et ex-hockeyeur a répliqué, de nouveau sur Facebook. « Je vous disais que je suis un peu triste. Non pas pour moi. Non pas parce que vos collègues et vous avez dit bien des choses pas très gentilles à mon sujet. Je suis peut-être un tout petit peu triste pour vous », écrit Étienne Drapeau avant d’énumérer toutes les choses négatives que les animateurs ont dit de lui en ondes.

« Dents cassées, nez et mains fracturés à force de me battre, commotions cérébrales, séparation d’épaule, points de suture partout au visage, « name it ». Mais vous savez ce qui fait encore plus mal que tout ça mis ensemble? Les mots », poursuit l’interprète de T’es ma femme, t’es la plus belle qui se lance ensuite dans un message contre l’intimidation, pas seulement contre les personnalités publiques, mais aussi contre les jeunes. Étienne Drapeau conclut même en rappelant que ce sont les mots qui peuvent pousser bien des gens à commettre l’irréparable et s’enlever la vie.

Il faut dire que Martineau a frappé sur le clou à plusieurs reprises. En plus d’avoir parlé de la publication du musicien à la radio, il l’a également critiquée sur sa page Facebook.

À lire aussi:

Sophie Durocher bitche Céline Dion

Pénélope McQuade réagit à un commentaire méprisant de Richard Martineau

Étienne Drapeau en 13 questions – Entrevue HollywoodPQ

Crédit photo: Karine Paradis

Psssttt ! Envoie-ça à ton ami!

PLUS DE NOUVELLES