Andréanne Marquis s'ouvre sur un vieux complexe

Crédit photo: Instagram Andréanne Marquis

On a tous et toutes des éléments de notre physique qu'on aime moins et c'est important de s'accepter comme on est, mais aussi de s'écouter quand on veut et qu'on peut changer certaines choses. C'est grosso modo le message qu'envoie aujourd'hui Andréanne Marquis, qu'on a connue à Occupation Double et qui roule maintenant sa bosse avec sa boutique en ligne Womance.

En effet, l'entrepreneure a partagé en début d'après-midi une photo d'elle avec un pansement au-dessus d'un sourcil. En légende, elle explique avoir été victime d'un accident de voiture quand elle était adolescente qui lui a laissé une cicatrice longue de huit centimètres et large de deux centimètres sur l'arcade sourcilière, une blessure qui a été refermée « un peu tout croche » à l'hôpital. « J’ai passé mon adolescence à la cacher avec une frange. J’avais tellement peur qu’on me juge, j’avais l’impression qu’on voyait juste cela dans mon visage. Heureusement, en vieillissant, elle ne me complexait plus du tout », écrit-elle.

Par contre, en raison de cette cicatrice, sa « paupière gauche s’affaissait de plus en plus » et les spécialistes lui ont « confirmé que ça irait de pire en pire, donc c’était le bon moment pour réparer la cicatrice ».

« On se fait toujours répéter qu’il faut s’accepter tel qu’on est, qu’il faut vivre avec nos défauts, et c’est vrai. Mais pour la première fois de ma vie, j’ai eu l’impression que j’ai pris cette décision, de refaire faire ma cicatrice, pour ma satisfaction purement personnelle », souligne-t-elle après avoir fait ajuster sa cicatrice, qui restera visible toute sa vie, mais sans incidence sur son œil!

 

Voir cette publication sur Instagram

 

À l’âge de 15 ans, j’ai été victime d’un accident de la route. La voiture a fait des tonneaux, j’étais à assise à l’arrière, pas attachée 🚫(attachez-vous, c’est important). Mis à part toutes les blessures que j’ai eues, une seule est apparente et c’est une cicatrice de 8 cm à l’arcade sourcilière gauche. Pendant les semaines qui ont suivi l’accident, ma mère avait caché tous les miroirs dans la maison puisque je ne voulais pas me voir. La cicatrice a été fermée un peu tout croche à l’hôpital puisqu’elle était ouverte de plus de 2 cm de large donc j’imaginais la catastrophe. J’ai passé mon adolescence à la cacher avec une frange. J’avais tellement peur qu’on me juge, j’avais l’impression qu’on voyait juste cela dans mon visage. Heureusement, en vieillissant, elle ne me complexait plus du tout. C’est mon petit côté différent et la différence c’est important. Par contre, les années passent et je vieillis, ce qui fait que ma paupière gauche s’affaissait de plus en plus, vu la largeur de la cicatrice initiale. J’avais un œil plus petit que l’autre et en vieillissant, les spécialistes m’ont confirmé que ça irait de pire en pire donc c’était le bon moment pour réparer la cicatrice. On se fait toujours répéter qu’il faut s’accepter tel qu’on est, qu’il faut vivre avec nos défauts, et c’est vrai. Mais pour la première fois de ma vie, j’ai eu l’impression que j’ai pris cette décision, de refaire faire ma cicatrice, pour ma satisfaction purement personnelle. Je vivrai les 2 prochaines semaines sans maquillage, avec pansements et tout le reste de ma vie encore avec une cicatrice apparente, mais ma paupière va suivre quand je vais faire une face de fille surprise pis ça, ça me fait bin plaisir ! 😳🤨😍

Une publication partagée par Andréanne Marquis 🇨🇦 (@andreanne_mar) le

Psssttt ! Envoie-ça à ton ami!

PLUS DE NOUVELLES